Entre Brumes d'Alidhan...

Jeu de rôle
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Joueuse de harpe

Aller en bas 
AuteurMessage
Niniel
Rêveuse
Niniel

Féminin
Nombre de messages : 1003
Age : 32
Classe : Mage
Alignement : Cartel de Brumebois
Membre de la guilde : Entre Brumes
Date d'inscription : 07/05/2007

Feuille de personnage
Niveau:
Joueuse de harpe Left_bar_bleue105/200Joueuse de harpe Empty_bar_bleue  (105/200)

Joueuse de harpe Empty
MessageSujet: Joueuse de harpe   Joueuse de harpe Icon_minitimeLun 28 Jan - 22:56

Musique ou Musique (si vous préférez quelque chose de plus moderne)

Je marche dans les allées, ailleurs, lentement, sans but... errant.
Je passe devant une porte entre-ouverte, et soudain quelque chose captive mon regard, l'attrape et le garde, il redescend de ses visions étoilées pour retrouver la surface de la terre, la réalité souvent si fade. Et mes pieds ont suivi, ont stoppé leur errance.
Je pénètre discrètement dans la pièce vide, la chambre de notre joueuse de banjo. Sur une étagère, un drôle d'instrument, un très bel objet : Une armature en bois gravé, des sculptures, des dorures et des cordes précisément disposées. Je m'en saisis et m'assoies sur le lit, le précieux objet sur mes genoux.
J'en ai déjà vu avant, je crois, c'est une harpe, mais j'ignore d'où je connais ce nom... un mot gravé dans la mémoire populaire sans doute. Je caresse le bois, il vient d'un cerisier, je le sens à l'odeur fruitée qui s'en dégage. Je repasse les veines de la sculpture, passe mes mains sur les gravures, les yeux fermées, pour les déchiffrer rien qu'au toucher. Le bois est chaud et doux.
Je pose maintenant les mains sur les cordes, de chaque côté, entourant l'instrument divin. Je fait claquer une corde, écoute le son qui en sort, il est parfait.
Je ferme les yeux, les mains posées à plat sur les cordes, respirant de grandes bouffées d'air dans le silence de la nuit.
Et puis le silence s'estompe, laissant place à une belle mélodie sortie de nul part, elle m'emporte loin, loin...

Au milieu d'une forêt, une ville implantée dans des arbres millénaires. Je suis assise tout en bas de l'un d'eux, dans l'herbe humide, un instrument similaire dans mes mains, les gravures et sculptures sont différentes, plus riches, plus précises et plus belles encore, elles représentent des feuilles qui grimpent tout le long de l'arcade en bois qui lui est blanc, celui du bouleau. De jeunes elfes chantent et dansent pendant que je joue, je respire la joie, le calme et la sérénité.

Retour dans la chambre, je constate avec surprise que se sont biens mes mains qui font vibrer les cordes et en sortent cette douce mélodie. J'arrête net d'en sortir le moindre son, je pousse l'instrument sur le lit, le délaisse et je repars dans les bois, perturbée par cette étrange découverte... pour réfléchir et penser...

Cela fait maintenant quelques nuits que ce petit rituel s'est installé. Chaque soir comme ce soir, je vais chercher l'instrument et m'installe sur une pierre au milieu des jardins. Je pose mes mains sur les cordes, les yeux fermés ou fixants le ciel étoilé et je les laisse me guider, me montrer la musique, me faire découvrir une mélodie, peut-être même en inventer une, qui sait ?
Tous en profitent, personne ne s'en plaind, seul bruit qui s'élève dans la nuit noire, éloge à la lune et aux étoiles, à la nature dans sa parfaite harmonie.
Et chaque nuit en jouant, je pense à toi, à cette nuit, les beaux souvenirs qui vont avec, je te vois à mes côtés, je t'entend chuchoter des mots doux à mon oreille.Tu es là près de moi, témoin de mon amour, de mes rêves. Ta main sur mon épaule, mon visage, ma peau si pâle, ta main qui traverse ma chevelure noire. Elle est si douce et délicate. Chaque note est une caresse.
Je suis dans tes bras et j'y suis bien, et enfin, seule dans la nuit, je peux libérer mes larmes que tes mains viennent réconforter.

Joueuse de harpe 44031293868072403125744qu6

Mais quand la lune disparaît, la mélodie s'estompe avec elle, la brume est dissipée par le vent, et tu es emporté, tes bras me quittent à nouveau, toujours la même scène, le prix à payer pour quelques instants de bonheur. Un dernier contact entre notre lèvres, et tu fuis loin de moi...
Eternelle délaissée.

Quand le soleil fait son apparition, ton corps immatériel est déjà loin. Toi... ou plutôt l'image que je m'en fais...
Le soleil est apparu et déjà il transforme mon amour en haine, éclaire ma vue, aveuglée par la sombreur de la nuit, de ses ombres et de ses rêves.

Nuits irréelles et belles, jours révélateurs et tristes.

Chaque nuit je regarde la lune, me demandant si tu la vois toi aussi à travers les nuages.

Chaque jour j'efface ton souvenir, les questions subsistant, la beauté s'estompant pour ne laisser de place qu'à la haine, la fureur et le désespoir. J'oublis pourquoi j'ai fait cela, je me sens abusée, salie et trompée... Le sentiment d'être oubliée avec l'espoir de ne pas l'être, le sentiment que tu n'assumes pas...
Et pourtant ma raison me pousse dans l'autre sens : c'était juste beau, un instant précieux et magique comme jamais il n'y en aura d'autres, n'oublis pas mais passe à autre chose...

Ce manège continue,

pour l'instant...

_________________
On the route of gloire, on the route of gloireeee... MMMMmmmm MMMMMmmmm...
Joueuse de harpe Ninielentrebrumes6uz3
Revenir en haut Aller en bas
 
Joueuse de harpe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Entre Brumes d'Alidhan... :: Histoires de Cartellois :: Petites histoires entre amis-
Sauter vers: